L’UFC interroge la qualité de l’eau en France

 

logo_ufcAprès qu’une agence de santé ait trouvé des traces de produits phytosanitaires, l’UFC Que Choisir s’interroge sur la qualité de l’eau. Une préoccupation qui concerne également d’autres acteurs de terrain comme les élus des collectivités concédantes et régies ou les agents de l’entreprise EDF.

A l’occasion du comité des usages de l’eau, Serge Rivet de l’UFC Que Choisir nous indique que « des traces de matières phytosanitaires interdites ont été retrouvées dans plusieurs analyses d’eau brute réalisées par les services de l’eau de l’agence régionale de santé ».

Pourtant, de nombreux acteurs s’impliquent dans la gestion des eaux en France. C’est notamment le cas des agences de l’eau, mais aussi les services de l’Etat avec les directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). En 2009, on dénombrait ainsi 31 500 services publics d’eau et d’assainissement sur le territoire.

Il y a quelques semaines, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) publiait un guide de l’élu portant notamment sur leurs compétences dans la politique de l’eau. Parallèlement, le Conseil Général du Gers rappelle au Syndicat Intercommunal des Eaux du bassin de l’Adour gersois qu’il a attribué plus de 2,5 millions d’euros d’aides depuis 2012.

Par ailleurs l’entreprise publique EDF participe également à la gestion de la ressource en eau avec la maîtrise de 80% du parc hydroélectrique. Du 1er juillet au 31 octobre, le groupe a par exemple organisé une campagne de soutien d’étiage contribuant au « maintien des différents usages de l’eau que sont l’irrigation, ou l’alimentation en eau potable ».

Malgré le nombre des intervenants, la qualité de l’eau semble se détériorer partout dans le monde en raison de la croissance démographique, de l’urbanisation et de la production industrielle. Dans le document Progrès en matière d’eau potable et d’assainissement – 2010, l’OMS et l’UNICEF indiquent que « 2,6 milliards de personnes sont toujours dépourvues d’accès à un système d’assainissement amélioré ».

En Chine l’agriculture représente 57,5% de la demande en eau douce et la question, mais en France aussi, la gestion de l’eau impacte très directement la sécurité alimentaire et donc la santé. Par ailleurs, dans un article d’Alternative Santé on conseille désormais de « traiter l’eau du robinet avant de la boire » pour se prémunir des pesticides, du randon, des nitrates, de l’aluminium et même des médicaments.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s