Le transport fluvial se développe sur le Haut-Rhin

SIF3Depuis 2005, l’Union Européenne a fait voter une directive invitant les Etats à réaliser une cartographie de leurs cours d’eau afin d’améliorer la navigabilité. C’est dans ce contexte que Voies Navigables de France et Électricité de France se sont associés pour étudier la géographie du Rhin supérieur et réaliser un travail de report d’information pour les usagers du fleuve. Une étude est en cours de réalisation, elle devrait être achevée en 2015 et permettra notamment d’améliorer le cadencement des transporteurs, un peu sur le mode de la gestion du trafic ferroviaire.

La directive River Information Service de 2005.

La directive 2005/44/CE a été adoptée par le 7 septembre 2005 et concerne les services d’information fluviale (SIF). Elle doit notamment permettre d’harmoniser les systèmes d’information sur les voies navigables communautaires de classe IV. Ils seront notamment élaborés sur le modèle des cartes ECDIS intérieur nées au Pays-Bas, et devront comprendre des précisions sur les chenaux, la gestion du trafic, les services d’atténuation des catastrophes, ou encore sur les redevances de voies navigables et taxes portuaires.

L’étude sur le Rhin supérieur de VNF et EDF prête en 2015

Le travail en collaboration de VNF et EDF se divise en deux parties : d’abord une estimation des besoins d’information des différents usagers, ensuite l’élaboration d’une maquette du SIF. D’après Eric Schmitt, adjoint au chef d’arrondissement fonctionnel de VNF Strasbourg, il devrait aboutir « en 2015, à la mise en œuvre d’un produit industrialisé ». Une initiative saluée notamment lors des assises des chargeurs du bassin du Rhin qui a eu lieu en décembre 2013. Pour Didier Dieudonné, Directeur général délégué du port de Strasbourg, ce projet européen concerne les « neuf ports du Rhin entre Bâle et Manheim, [et] vise à mobiliser les crédits européens ».

Le transport fluvial imite le transport ferroviaire

A plus long terme, ce projet a également vocation à servir au développement de la mobilité durable. Le but est donc de trouver des alternatives au transport de marchandises routier. Tandis que la question du ferroutage est régulièrement remise sur le dessus du panier par les défenseurs du train, le transport fluvial, technique millénaire, est trop souvent laissée de côté. Afin de séduire de nouveau les industriels, les professionnels du transport fluvial proposent de s’inspirer du transport ferroviaire qui organise depuis longtemps un mécanisme de cadencement grâce à des systèmes d’information de très haute technologie, conçus entre autres par Thalès.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s